Royale Union Sportive GIVRY : site officiel du club de foot de Flamierge - footeo

Avant Condruzien - Givry

12 janvier 2019 - 18:04

Huberty lance un appel au monde pro

Home > Régions > Luxembourg > Bertogne - Aujourd'hui à 06:00 - Interview : Jeremy RODE - L'Avenir

Huberty lance un appel au monde pro

Philippe Huberty espère que le fossé entre professionnels et amateurs va cesser de se creuser. Mathieu Peltgen

 

Philippe Huberty est un directeur sportif heureux. Et pas que pour les résultats. Les infrastructures vont évoluer.

Condruzien - Givry : Dimanche, 14 h 30

Philippe Huberty, en ce début d’année 2019, vous lancez un appel au monde professionnel?

Oui, le fossé se creuse, devient énorme, on nous inflige des amendes pour diverses choses, les coûts sont énormes. Par exemple, on a payé 5 000 euros pour ne pas avoir aligné de joueurs de U21 sur les deux dernières saisons. Mais c’est un cercle vicieux, si le monde pro ne verse pas d’argent aux amateurs, on ne peut pas investir dans la formation et donc sortir des jeunes. On ne reçoit aucune aide, c’est compliqué.

Vous avez des solutions?

Dans les autres pays, les droits TV qui sont énormes sont versés aux clubs amateurs, pourquoi pas en Belgique? Les bénéfices de l’équipe nationale pourraient servir à la formation des jeunes aussi, ce n’est pas vraiment le cas. On ne nous donne pas les moyens d’avancer. Le décalage avec le monde pro m’interpelle. Un joueur qui coûtait un million d’euros il y a dix ans est désormais acheté 5 ou 6 millions. Ces montants ne veulent rien dire. Les clubs de Pro League, de l’ACFF ou les dirigeants de l’Union Belge doivent réagir.

Le club de Givry se porte bien, mais qu’en serait-il si vous n’étiez pas là?

Tout le monde connaît la réponse. J’ai la chance que mon importateur m’aide énormément, mais aussi parce que je travaille beaucoup pour avoir des résultats. Idem pour Virton avec Becca à une autre échelle, etc. Mais quand on voit que le club a failli passer à la trappe, que Bertrix n’a plus d’équipe, que Longlier est mal en point, on a le droit d’être inquiet. À Virton, vous avez vu la qualité des jeunes et pourtant le club est peu aidé aussi parce qu’il n’est pas dans le monde pro. Ce serait bien que tous les clubs amateurs se mobilisent pour provoquer une réaction, susciter le débat au moins.

Givry est en tête de D3 amateurs, la D2 vous intéresse malgré tout?

Oui, on y a goûté il y a trois ans, on la connaît. Nous savons ce qu’il nous faut pour se maintenir, il ne nous avait pas manqué grand-chose. Cela ne me dérange pas du tout de monter.

Mais le club doit aussi évoluer au niveau extra-sportif.

Évidemment, tout est lié. Mais le dossier de nouvelles infrastructures, avec un synthétique, est bien lancé. Le dossier est béton et je suis très optimiste. Mais quand va-t-il aboutir? Je n’en ai aucune idée. Ce que je sais, c’est que ce synthétique et ces infrastructures sont vitaux pour le club. Nous avons de bons jeunes, pour les garder, nous devons conserver des interprovinciaux. Et pour cela, il faut de bonnes conditions d’entraînement. Pour avoir des gamins du club qui arrivent en première, c’est indispensable. On sait vers où on va et nous sommes sur le bon chemin.

Vous avez pourtant eu un moment de découragement il y a deux ans?

J’étais investi à fond et j’étais découragé que rien ne bouge. Depuis lors, j’ai délégué et le club a avancé aussi. Là, avec le Salon puis une opération début février, je vais être très peu présent durant les deux prochains mois. Mais je sais que tout va rouler, sportivement et extrasportivement. La descente de D2 m’était aussi restée en travers de la gorge, mais nous avons bien rebondi depuis lors. Tous les voyants sont donc au vert pour Givry, mais cet appel au monde pro est nécessaire pour que tous les clubs puissent continuer.

Condrusien: solide reprise

D.L. - L'Avenir

Condrusien – Givry (d. 14 h 30)

Avec ses 9 petits points, le Condrusien partage la lanterne rouge avec La Calamine et se voit opposé, pour cette session de reprise, à Givry, leader de la série. «Cela peut être une bonne comme une mauvaise chose, estime Michel Mauléon. Après la trêve, les équipes se cherchent toujours un peu et j’espère que Givry aura des problèmes à l’allumage. Chez eux, cela n’avait pas été une bonne rencontre (défaite 2-0), nous étions passés à côté et Givry ne m’avait pas semblé transcendant. Depuis, ils sont montés en puissance.»

L’entraîneur hamoisien comptait sur la trêve pour récupérer quelques blessés, c’est loin d’être le cas. «Je récupère Monteleone et Kleinkenberg, mais je perds Grégoire, qui purgera la première de ses deux journées de suspension. La trêve a été calme. Les deux entraînements entre les fêtes ont été annulés, ce qui nous a fait presque quinze jours sans football. Ce n’est pas évident, d’aligner les défaites comme nous l’avons fait les dernières semaines. Une coupure était nécessaire, autant pour les joueurs que pour le staff.»

Le terrain sera lourd. «Ce ne sera pas vraiment un avantage pour nous. Givry est une équipe avec des gaillards solides derrière, mais aussi sur les flancs et dans l’axe. Ils savent arracher le ballon. J’aurais autant aimé les affronter sur synthétique. Avec Huy qui reçoit La Calamine, prendre quelque chose serait opportun…»

Commentaires