Royale Union Sportive GIVRY : site officiel du club de foot de Flamierge - footeo

Givry version 2018-19 en ... chiffres

28 décembre 2018 - 17:31

L’année de tous les records pour Givry?

L’année de tous les records pour Givry?

Dylan Remy n’a pas encore raté une minute dans ce championnat. Et s’il poursuit sur sa lancée, il pourrait bien soulever un nouveau Soulier d’or provincial en fin de saison. Mathieu Peltgen

 

«Notre objectif? Ne pas descendre!» Sacré bluffeur, ce Picart. Un peu comme un joueur de poker qui ferait mine de se coucher alors qu’il a une paire de rois sous le coude.

L’entraîneur givrytois parlait de maintien, au départ. Quatre mois plus tard, son équipe trône en tête de la D3 amateurs à la surprise générale. Tous les observateurs citaient Stockay, Sprimont, Onhaye, voire Aywaille, Herstal ou Longlier, mais personne, absolument personne, n’avait misé un kopek sur Givry (ni sur Verlaine, Warnant ou Richelle, d’ailleurs). Les Canaris, «en reconstruction» après avoir perdu 13 joueurs, sont occupés à déjouer tous les pronostics. À battre des records, aussi.

1. 40 points après 17 matches. C’est de loin le meilleur score de Givry depuis son accession à la nationale en 2009. C’est neuf de plus qu’il y a deux ans, l’année de la montée en D2, mais aussi neuf de plus que Tilleur, le champion en titre, au même moment.

En huit saisons en Promotion/D3, Givry n’a dépassé qu’une fois la barre des 46 points. Les Canaris tenteront donc de battre les 59 points atteints en 2016.

2. Huit succès en autant de matches à domicile. Givry est tout simplement la seule des 152 équipes présentes dans les divisions nationales belges à ne pas encore avoir perdu de points à la maison cette saison.

3. Quinze matches de rang sans défaite, série en cours. Seulement deux équipes ont fait mieux, à ce niveau, ces dix dernières années: Sprimont (invaincu pendant 16 matches, en 2012-2013) et Bertrix (21 matches, en 2009-2010). Et dire que leur unique défaite, les Canaris l’ont concédée à la 93e sur un penalty litigieux à Sprimont!

Un recrutement judicieux

À l’évidence, Éric Picart et Philippe Huberty ont eu le nez creux, au moment de reconstruire l’effectif. Là où Longlier s’attriste du piètre rendement de ses «noms», Givry carbure à la super avec des nouveaux qui n’avaient aucune référence à ce niveau, hormis Jonathan Fondaire. Le duo Picart – Huberty est allé chercher les jeunes Chardome (100% de temps de jeu, comme Dylan Remy) et Baillet à Virton, ou encore David Sylla à Ougrée, en P1. Steve Tchamdjou, lui, évoluait encore en P2 liégeoise voici deux ans. Sa seule et unique expérience à ce niveau, l’an passé, s’était soldée par une dernière place et une relégation avec Cointe. Klein débarquait des espoirs d’Eupen, tandis que François et Freid ne comptabilisaient que 31 titularisations, à eux deux, en D3. Quant à Axel Istace, il cirait le banc bertrigeois depuis plusieurs années.

Un calendrier favorable

Reste à voir, désormais, si ce Givry-là a encore assez d’essence dans le réservoir pour aller au bout. Éric Picart crie sur tous les toits que son effectif est trop étroit pour briguer le titre? Il a utilisé 20 joueurs jusqu’ici, ce n’est jamais qu’un de moins que Stockay.

Quant au calendrier, il semble plutôt favorable aux Jaune et Noir: ils recevront en 2019 tous leurs poursuivants, hormis Richelle (et Verlaine, qu’ils ont déjà affronté les deux fois avec un 6/6 à la clé).

Même si Éric Picart dit qu’il faudra attendre la 25e journée pour se prononcer, tous les ingrédients semblent réunis pour que son équipe décroche la médaille d’or. Le maintien et le tour final (Givry a gagné la première tranche) étant déjà en poche, il n’y a de toute façon plus qu’une carotte: le titre.

Cette réussite, c’est aussi celle d’un Philippe Huberty qui aura transformé un modeste club de village en club emblématique de la province. Givry entame sa 10e année de suite en nationale et il est déjà acquis qu’il y en aura une onzième. Seuls cinq clubs de la province avaient réussi une telle prouesse, jusqu’ici: Virton (25 saisons de rang, série en cours), la RJA (21), Bastogne (15), Bertrix (13) et le Lorrain Arlon (11). Dans le cas de Givry, on parle d’un village de 300 habitants…

Commentaires