Après Givry - Charleroi-Couillet

28 février 2017 - 17:38

Copette, un buteur et un bosseur

Nathan Copette a profité d’une de ses rares occasions pour trouver le chemin des filets.
Nathan Copette a profité d’une de ses rares occasions pour trouver le chemin des filets.-ÉdA – 301751389545

Face à Couillet, Nathan Copette a marqué le but décisif pour son équipe. L’attaquant a énormément travaillé durant tout le match.

Comme tous ses équipiers, Nathan Copette avait le sourire jusqu’aux oreilles samedi soir. En s’imposant à neuf contre onze face à un concurrent direct, Givry a frappé un grand coup. «Quel match, s’exclame Nathan Copette. Je crois qu’en sortant son sac de la voiture, personne ne s’attendait à un scénario pareil. » Et pourtant, après quarante minutes de jeu, pas grand monde n’aurait misé un centime sur une victoire de Givry. Et pour cause, Logan Conard, le portier de Couillet, n’avait pas encore eu un ballon à se mettre sous la dent. «Nous sommes mal rentrés dans cette partie, indique Nathan Copette. Le premier but a fait mal, car il tombe très rapidement alors que nous n’étions pas encore dans le match. Je ne sais pas trop expliquer ce début poussif. Heureusement, on a eu la chance de pouvoir égaliser avant la pause. Nous avions remarqué que le gardien n’avait pas spécialement l’air confiant. La preuve avec la frappe de Sébastien Leva qui rentre.» Une égalisation qui va changer le cours du match. Car en début de seconde période, Givry y croit et inscrit logiquement le deuxième but. Le match aurait pu être plié, mais en soixante secondes, Givry se retrouve réduit à neuf et encaisse un deuxième but. «Avant cette phase, nous avons l’occasion d’inscrire le 3-1, soupire Nathan Copette. Moi, sur la phase qui amène le but adverse, je tente ma chance et franchement, quand je vois le ballon partir, je me dis qu’il va terminer au fond. Mais le gardien adverse sort une belle intervention sur ce coup-là. Je dois bien vous avouer que quand Couillet a égalisé, nous ne pensions qu’à une seule chose, fermer la boutique et ne pas en prendre un troisième. Dans les têtes, cela cogite.»

4-4-2 ou 4-2-3-1?

Mais voilà, alors que tout le monde s’attendait à voir un gros pressing de Couillet, Givry a créé la surprise en allant planter un troisième but. Un but venu des pieds de Nathan Copette. «Sébastien Leva voit que j’ai la place pour partir en profondeur et il me lance en faisant passer un petit ballon au-dessus du défenseur, raconte l’ancien joueur de Bertrix et d’Arlon. Je vois que j’arrive face au gardien et je décide de le dribbler. Ensuite, je n’ai plus qu’à pousser le ballon au fond. Enfin, ce n’était pas si évident que cela car le ballon fait un petit bond au moment où je veux le reprendre. Il ne fallait pas louper cette action de but. Nous avons eu le mérite d’y croire jusqu’au bout. Au moment du 3-2, je crois qu’il reste encore une dizaine de minutes. Je me suis dit que ce serait sans doute compliqué de tenir, mais Julien Robinet n’a pas eu un seul arrêt à effectuer. Couillet a continué à balancer et derrière, Maxime Gourmet a tout pris de la tête. Nous avons aussi laissé Sébastien Leva seul devant car on savait qu’il pourrait faire mal aux défenseurs adverses. Moi, je suis venu donner un coup de main dans le milieu.»

Aligné évidemment en tant qu’attaquant, Nathan Copette a passé, comme l’équipe, une première période compliquée. Dans le rectangle adverse, là où il est le plus dangereux, le buteur n’a touché que deux petits ballons. «Mais je suis souvent redescendu dans le jeu, précise-t-il. Mais c’est vrai que les ballons n’arrivaient pas dans le rectangle. Nous avons eu des occasions de centrer à l’une ou l’autre reprise, mais cela ne passait. Pourtant, le coach avait mis sur pied un 4-4-2 avec Antoine Résibois. Cela ressemblait plus à un 4-2-3-1? Pas vraiment, mais un des deux attaquants devait évidemment venir travailler.»

Commentaires

août
août
août
août
août

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Dirigeant
  • 3 Entraîneurs
  • 1 Arbitre
  • 9 Joueurs
  • 18 Supporters