Royale Union Sportive GIVRY : site officiel du club de foot de Flamierge - footeo

Après Givry - Meux

21 février 2017 - 07:06

Grandjean et Hinck pensent à la famille

Nicolas Grandjean termine sa 10e saison à Givry. Jérôme Hinck, sa huitième. Les deux jeunes papas sont en pleine réflexion quant à leur avenir.

Une page va-t-elle se tourner à Givry l’été prochain? L’avenir nous le dira. Éric Picart, qui boucle sa cinquième campagne chez les Canaris, affirme qu’il est en pleine réflexion quant à son avenir (voir ci-contre). Il n’est pas le seul. Deux des plus anciens joueurs du noyau cogitent tout autant que leur mentor: Nicolas Grandjean, le dernier rescapé de l’équipe qui avait raflé le titre en P1 en 2009, et Jérôme Hinck, qui était arrivé dans la foulée de ce sacre, en même temps qu’Arnaud Billion. «Personnellement, j’hésitais déjà à rempiler la saison dernière, rappelle le premier cité. J’avais finalement prolongé pour relever le défi de la D2 amateurs. C’est agréable d’affronter des écuries au passé aussi glorieux que le FC Liège ou La Louvière. Je voulais aussi voir ce dont j’étais capable. Je pense livrer une campagne dans la lignée des précédentes. Sans coups d’éclat, mais avec une certaine régularité.»

Pour Nicolas Grandjean comme pour Jérôme Hinck, le choix sportif risque bien d’être guidé par la vie de famille. «J’ai un petit garçon de 15 mois et je n’ai plus forcément envie de réaliser les mêmes sacrifices que ces dernières années, reprend le back droit de Givry. Les déplacements, la préparation… C’est assez lourd. Je n’ai pas envie d’attendre d’avoir 45 ans pour profiter de ma famille. Puis je termine ma dixième saison à Givry. Je n’ai connu aucun autre club en équipe première et je m’y suis toujours senti très bien, mais je me dis parfois qu’un nouveau défi pourrait me faire du bien.»

Le citoyen de Moircy va-t-il suivre ses coéquipiers Maxime Gourmet et Samuel Bodet à Libramont? «Je m’entends bien avec Claudy Marcolongo (NDLR, l’entraîneur libramontois), mais il n’y a pas vraiment eu de contact formel jusqu’ici, répond-il. Je dois, de toute façon, d’abord rencontrer Philippe Huberty.»

«Plus de plaisir l’an passé»

Jérôme Hinck tient un discours similaire. «L’arrivée d’une petite fille, ça change une vie, assure celui qui est devenu papa il y a huit mois. Quand tu joues au foot à ce niveau, que tu travailles et que tu fais encore des heures après journée, il ne te reste plus beaucoup de temps pour voir ta famille. Et encore, à Givry, on a la chance de ne s’entraîner que deux fois par semaine. Les autres équipes de la série tournent à un régime de trois, voire quatre séances hebdomadaires. Cela se ressent d’ailleurs sur le terrain, par moments. On manque parfois de jus et on se dit qu’on devrait sans doute s’entraîner davantage, mais qui est prêt à le faire?»

Que Philippe Huberty se rassure, son capitaine n’est pas encore parti. «Je dois encore discuter avec Philippe, avance le meneur de jeu givrytois. Je dois avouer que je prenais plus de plaisir sur le terrain l’an passé, lorsque nous jouions le titre en Promotion, que cette année à jouer le maintien en D2. On pratique un football assez vertical, sans prise de risques, ce qui rapporte plus de points, mais procure moins de plaisir. On a bien essayé de jouer au football en début de saison, mais on a rapidement compris que cela ne rapportait rien…»

Picart se sent bien à Givry… mais ne veut pas faire l’année de trop

Interrogé avant la rencontre face à Meux, Philippe Huberty a laissé entendre qu’il serait ravi de repartir pour une sixième saison avec son coach, Éric Picart, dont il louait le travail.

Ce dernier s’accorde toutefois le temps de la réflexion. «Je ne suis pas pressé, dit-il. Je me sens très bien à Givry, un super club, avec un directeur sportif intelligent qui transfère juste chaque année. Mais il faut qu’on discute. J’ai posé certaines conditions et je ne veux pas faire l’année de trop. Après cinq ans dans un club, on a tendance à s’installer dans une certaine routine. Pour qu’une équipe continue à progresser, il arrive un moment où un renouvellement doit s’opérer, soit au niveau du staff, soit au niveau du noyau.»

Le technicien givrytois ne cache pas qu’il espère recevoir sa chance à un échelon supérieur, tôt ou tard. «Je suis les cours dans cette intention, dit-il. Ma chance viendra peut-être un jour. Si elle ne vient pas, ce n’est pas grave, j’irai à la pêche.»

Lorsqu’on lui demande si une éventuelle prolongation passe par le maintien de Givry en D2 amateurs, Éric Picart ne cache pas qu’il n’a pas trop envie de redescendre d’un niveau.

«Nous avons évité la catastrophe»

Les «Verts» ont évité la catastrophe face à Givry. Bousculés et surtout menés à la pause, les hommes de Marco Casto sont tout de même parvenus à relever la tête dès le retour des vestiaires.

Christophe François, auteur de son 9e but, a réalisé l’exploit de tromper Bodet, à nouveau auteur d’une prestation cinq étoiles face à Meux. «Malheureusement, il sort toujours de superbes prestations face à nous, commente l’attaquant. Encore cette fois, il s’est imposé dans plusieurs duels et a réalisé quelques belles parades. Heureusement, avec ce point, nous avons évité la catastrophe.»

Au final, comme l’expliquait Marco Casto, ce point semble satisfaire tout le monde. Mais pour Christophe François, il y avait la place pour empocher la totalité des points. «Ce n’est tout de même pas suffisant par rapport à nos multiples occasions. Givry n’a été dangereux que sur le but et, en seconde période, sur une frappe qui a touché le poteau.» Si Christophe François a un goût de trop peu, il retient tout de même le caractère du groupe. «Depuis la reprise, il y a une évolution. Nous possédons la bonne mentalité pour nous sauver d’autant plus que le RCCF et Waremme sont en train de perdre le fil de leur championnat. À nous d’être plus efficaces.»

Plus que la mentalité, les «Verts» jouent également plus en bloc. Les attaquants ne s’infiltrent dorénavant plus aussi facilement qu’au premier tour. «Marco Casto m’a demandé de jouer plus bas que Johan Paquet. Mon but est désormais de peser sur la défense tout en empêchant les sorties de la défense adverse. Johan profite également de sa vitesse pour s’infiltrer en tant que numéro 9. Pour le moment, le choix du coach paie.»

Commentaires

ACFF LABEL JEUNES

label 2.png

MATCHS DU W-E

D3 ACFF

21/10 20:00   Aische 2-1   Tilleur    
 
21/10 20:00   Givry 6-3   Huy    
 
22/10 15:00   Verlaine 1-1   Herstal    
 
22/10 15:00   Aywaille 5-1   Bertrix    
 
22/10 15:00   Habay-la-neuve 1-2   Visé    
 
22/10 15:00   Richelle 4-0   Cointe    
 
22/10 15:00   Stockay 1-2   Namur    
 
22/10 15:00   Mormont 2-1   Longlier    

 

3 PROV D

22/10 15:00   Witry 4-1   Champlon B    
 
22/10 15:00   Givry B 11-0   Cobreville    
 
22/10 15:00   Vaux-Sur-Sure 5-1   Bras    
 
22/10 15:00   Neufchateau 3-4   Assenois    
 
22/10 15:00   Léglise 0-1   Ste Ode    
 
22/10 15:00   Bourcy 0-4   St Pierre    
 
22/10 15:00   Ste-Marie W
3-0   Namoussart