Namur - Givry 2-2

5 décembre 2016 - 12:46

Givry a joué avec son bonheur

Givry menait encore de deux buts à dix minutes du terme à Namur.
Givry menait encore de deux buts à dix minutes du terme à Namur.-ÉdA – Florent Marot

 

Le gel est tombé samedi soir sur la capitale de Wallonie où Givry et Namur se sont quittés dos à dos. Verdict: deux équipes, déçues, bloquées en fond de classement.

Éric Picart n’avait pas le cœur aux interviews à l’issue de la rencontre. « Je suis trop fâché pour vouloir parler», lâchait-il. Et pour cause, sa déception est compréhensible. Les Canaris ont gâché un avantage confortable de deux buts en l’espace de trois minutes en toute fin de match alors qu’ils avaient tout en mains pour sortir de la zone rouge.

Pire, puisque les Namurois auraient même pu l’emporter dans le finish face à des Canaris littéralement pétrifiés par la folle remontée de leur adversaire.

Et dire que tout avait bien commencé pour la bande à Picart. Après un round d’observation d’une dizaine de minutes, Givry prend petit à petit le jeu à son compte et se voit récompenser assez rapidement de sa domination grâce à un magnifique coup de patte de Leva en direction de Résibois, parti comme une flèche, donner l’avance aux Givrytois. Dominateurs et réalistes, ceux-ci signent même un début de seconde période parfait avec, à la baguette, les deux mêmes protagonistes pour doubler les chiffres.

Les Namurois, qui sortaient d’un succès face à Couvin, ne se laissaient pourtant pas abattre et retrouvaient même l’énergie nécessaire pour prendre le jeu à leur compte et commencer à s’offrir une pléiade d’occasions quelques minutes après le break givrytois.

Les changements payants pour Namur

Sias et Mathieu, jeune ex-joueur du noyau d’Ostende, mettaient Bodet à contribution sur une double occasion. Sentant que son équipe reprenait petit à petit l’ascendant, Pascal Bairajman, coach visité, en profitait pour lancer sa pépite Rosmolen dans la bagarre.

Un véritable coup de boost pour l’URNamur puisqu’à peine entré, il reprend de volée pour chauffer les gants de Bodet, avant d’offrir deux tentatives à Mathieu. Partis toutes voiles devant, les Namurois laissent des espaces aux deux rentrants Carlos Emilio et Copette, tous deux en manque de réussite.

Nathan Copette, qui se rappelait samedi dans nos colonnes ses bonnes prestations face à Namur, galvaudait même la plus nette occasion à dix minutes du terme.

L’ex-Virtonais Petar Bojovic, mis à mal sur l’ensemble de la rencontre, et particulièrement sur ces deux actions, s’élançait dans la foulée dans la boîte adverse pour se racheter. Résultat: aux abords du grand rectangle, il propulse une tête décisive dans les filets de Bodet. « Je sauve mon match avec ce but, lâchera-t-il à l’issue de la rencontre. Je venais de me faire dribbler comme un gamin et comme je voyais qu’on balançait pas mal de centres dans leur rectangle, j’ai décidé de me projeter vers l’avant. Ça nous a permis de revenir, ce match s’est vraiment joué au mental

En effet, suite à la réduction du score, le tout Namur se voit pousser des ailes et s’en remet à ses deux jokers, Rosmolen et Tardio, pour recoller au score avant de se créer de nouvelles occasions par Sias et Rosmolen. Givry s’en sort bien sur la fin de match, mais n’aurait jamais dû en arriver à ce point.

Commentaires

août
août
août
août
août