Royale Union Sportive GIVRY : site officiel du club de foot de Flamierge - footeo

Après CHARLEROI - GIVRY

20 septembre 2016 - 12:04

DIVISION II AMATEURS - Charleroi-Fleurus 2 – Givry 0

« 7 sur 18 et on aura bien travaillé »

Après trois matches, Éric Picart en est convaincu: la lutte pour le maintien sera ardue, très ardue.
Après trois matches, Éric Picart en est convaincu: la lutte pour le maintien sera ardue, très ardue.-ÉdA – 301316269440

Éric Picart n’est jamais avare de commentaires. Mais quand il se confie et se lâche à l’heure d’un premier bilan, il devient presque intarissable, livrant un discours mêlant paradoxalement craintes et confiance.

Toujours en plein prémices d’une saison qui sera sans doute sa plus ardue avec Givry, il est conscient que son groupe devra encore se bonifier, dans l’impact physique et la finition notamment. Confidences sous forme thématique.

1. Deux points sur neuf «On pouvait s’y attendre. Ciney et Acren sont des équipes qui ont joué en D3. Plus embêtant, c’est le revers de ce dimanche, contre une équipe qui était à notre portée. Sur la 2e période, on mérite de prendre un point. On a les occasions pour.»

2. L’impact physique «On a du mal avec ça. Cette D2 amateurs, c’est une série avant tout physique, comme l’était l’ancienne D2 par exemple. Hormis quelques formations comme le FC Liège, qui s’entraînent plus fréquemment que les autres, la plupart des équipes misent là-dessus. D’entrée de jeu, les adversaires viennent très sèchement dans les duels. On a connu des débuts de match difficiles contre Ciney et Acren et j’ai l’impression qu’on ne retient pas les leçons. On démarre à 60 à l’heure, les adversaires à 120. Il y a là un cap à franchir. Certains l’ont fait, comme Feltesse ou Remy, mais il y a encore du travail. Les joueurs doivent s’en convaincre, ne pas croire que le beau jeu suffit. Certains me disent qu’on ne joue plus au foot comme l’an passé, mais le salut passera par l’organisation et par l’envie. Pour l’heure, on laisse trop respirer nos adversaires. On peut jouer, mais si on se fait presser et contrer, c’est directement une réaction dans la verticalité. On doit apprendre à garder le ballon plus haut.»

3. La finition«Déjà l’an passé, on avait de la peine à finir nos actions. Pourtant, il faut être conscient que cette saison, on n’aura jamais dix occasions dans un match. Mais l’efficacité, c’est plus difficile à améliorer. Le seul qui affiche une véritable aisance devant le but, c’est Copette, mais il faut l’approvisionner en bons ballons.»

4. Les profils«C’est clair qu’on n’a pas énormément de gabarits pour rivaliser physiquement, d’autant que Billion est blessé. Dango fait 1,95 m, mais il est trop gentil. Lherbier est plus joueur que rentre-dedans aussi. De Bona peut le faire, mais techniquement, c’est un peu plus difficile pour lui. Dimanche, il faisait cependant partie des rares à avoir été au combat comme je le souhaitais en première mi-temps.»

5. Les adversaires suivants Liège, l’Olympic et La Louvière seront au menu des trois prochaines semaines. «En six journées, on aura donc affronté cinq des six gros calibres de la série. Il n’aura manqué que Walhain. Si on s’en tire avec un 7 sur 18, on aura bien travaillé. Ces grosses cylindrées ne sont pas loin de la D1 amateurs. Songez que des gars chez nous ont connu la P1 voire la P2. Chaque année, il leur faut hausser leur niveau et logiquement, c’est de plus en plus dur. On me dit que j’ai deux Souliers d’or, Hinck et Remy, mais ils ont conquis ce trophée en Promotion. Franchir un cap, ce n’est pas si simple. Il faut qu’on parvienne à se sublimer pour combler un peu de l’écart qui nous sépare de ces équipes. Je suis convaincu qu’un résultat marquant peut nous booster. On n’a rien à perdre contre ce genre d’adversaires qui comptent dans leurs rangs des anciens de D1 ou de D2.»

6. L’effectif«On a fait le choix de garder un noyau presque exclusivement luxembourgeois et on n’a aucune garantie de se sauver dans ces conditions, mais on l’assume. C’est dans un tel contexte que vous comprenez la nécessité pour Virton d’aller recruter hors province. On sait qu’on va ramer et si on se sauve, il faudra peut-être revoir un peu notre philosophie. Déjà au mercato de janvier? On pourrait parce qu’on a envie de rester à cet échelon, mais on verra d’ici là, si les gars ont réussi à hausser leur niveau de 20%. Mais je suis confiant, je pense qu’ils vont le faire. En outre, nous ne sommes pas les seuls dans ce cas. Toutes les équipes qui arrivent de Promotion D sont en difficulté.»

7. La gestion de l’effectif «Tout en cherchant à améliorer l’équipe, il faut aussi veiller à ne pas faire trop de mécontents. Dans un club de plus haut niveau, c’est différent, le mec qui ne joue pas, il a quand même son salaire. Ici, je mets six gars en tribune et ils n’ont même pas l’occasion de jouer en réserve. Ils sont malheureux et je les comprends, mais je n’ai pas le choix. On organise des amicaux le mardi pour leur donner du temps de jeu alors qu’ils devraient servir à peaufiner les automatismes.»

8. Les infrastructures «Virton, pour franchir un cap, a dû à un moment se doter d’infrastructures de pointe. On doit s’entraîner sur un terrain annexe qui est loin d’être idéal, surtout si on veut améliorer la vitesse d’exécution. Philippe Huberty passe des heures à entretenir lui-même le terrain principal. Comme toujours, c’est l’argent qui constitue le nerf de la guerre. Mais je ne me plains pas. C’est juste un constat, un aperçu de ce qui nous manque dans cette lutte pour le maintien qui sera difficile. Mais je le répète, j’y crois.»

Manzinga, force de la nature

Christy Manzinga est la révélation du RCCF. Non, ce n’est pas trop tôt pour l’affirmer. Après seulement trois matches de championnat, c’est indéniable, ce garçon est au-dessus du lot.

Il a besoin de temps pour s’aguerrir et trouver ses meilleures sensations. Physiquement, il n’est pas encore capable de tenir 90 minutes avec l’abattage qui est le sien. Mais ce joueur possède une puissance naturelle qui risque de détruire de nombreuses défenses cette saison. Les gars de Givry ne risquent pas d’oublier l’attaquant des Rhinos. Ce dernier a usé ses adversaires, durant une heure. «D’un point de vue personnel, je suis content d’avoir pu planter déjà trois buts, depuis le début de la saison, explique le Français de 21 ans. Mais ce qui compte, c’est la victoire du collectif. C’est une belle récompense pour le groupe. Il a respecté les consignes de l’entraîneur. Il a travaillé dur durant la semaine. C’est la preuve que cela paie.»

Le RCCF tient son premier succès de la saison, une semaine après avoir manqué de peu les trois points face à Couvin. «Il ne faut pas vivre dans le passé. Cette défaite était déjà digérée depuis longtemps. L’important, c’est l’instant présent. Il y a de la qualité chez nous pour forger de bons résultats. J’espère que cette victoire va lancer notre saison.»

L’ancien joueur de Lorient B et Angers B devrait être une des pièces maîtresses de l’attaque des Rhinos cette saison. De nombreux entraîneurs s’inquiètent déjà à l’idée de l’affronter. D’autres doivent se renseigner pour l’attirer. Mais pour l’instant, c’est au RCCF que le buteur s’éclate.

Commentaires

ACFF LABEL JEUNES

label 2.png

MATCHS DU W-E

D3 ACFF B - J14

25/11 20:00   Aische -   Namur    
 
25/11 20:00   Longlier -   Givry    
 
26/11 14:30   Tilleur -   Stockay    
 
26/11 14:30   Mormont -   Richelle    
 
26/11 14:30   Herstal -   Aywaille    
 
26/11 15:00   Verlaine -   Habay-la-neuve    
 
26/11 15:00   Visé -   Bertrix    
 
26/11 15:00   Cointe -   Huy    

 

3 PROV D - J14

26/11 14:30   Neufchateau -   Leglise    
 
25/11 20:00   Ste Ode -   Vaux-Sur-Sure    
 
26/11 14:30   Givry B -   Bras    
 
26/11 14:30   Bourcy -   Witry    
 
26/11 14:30   Ste-Marie W
-   Assenois    
 
26/11 14:30   Cobreville -   St Pierre    
 
26/11 14:30   Namoussart -   Champlon B