GIVRY - ACREN vue de l'adversaire

10 septembre 2016 - 10:31

« À vouloir trop bien faire, on fait mal… »

Garcia Dominguez s’est fait bousculer dimanche passéface à Couvin: c’est aussi cela l’apprentissage…
Garcia Dominguez s’est fait bousculer dimanche passéface à Couvin: c’est aussi cela l’apprentissage…-ÉdA – Jean-Luc Boitte – 301316883521

Steven Hilaerts revient sur la première sortie de ses troupes face à Couvin afin de mieux envisager la seconde rencontre qui sera différente selon lui.

RUS Givry - Acren-Less. : Ce soir - 20h

Dans le cas de la REAL, de la première journée de championnat de D2 amateurs, on a retenu plusieurs choses que les réactions d’après-match sont venues confirmer. Si les Acrenois de Steven Hilaerts n’ont pas réussi à faire mieux qu’un partage arraché en toute fin de partie face à Couvin, c’est que tout ne s’est pas imbriqué comme cela avait été plusieurs fois le cas lors de la phase de préparation. Décryptage.

  

1. Le stress Autant le week-end précédant l’ouverture de championnat, on avait vu des Acrenois assez empruntés physiquement pour leur dernier galop d’entraînement à Tournai, autant dimanche dernier, on les a sentis stressés. Une nervosité qui a eu un effet fort négatif sur le jeu développé par les locaux. «Je peux comprendre qu’il y avait du stress, confie Steven Hilaerts. Mon groupe est encore très jeune et un premier match de championnat, ce n’est jamais évident à appréhender…» On ne peut pas donner tort au coach de la REAL avec, dimanche dernier, un onze de base dont la moyenne d’âge tournait autour des 23 ans. Hormis Tresignie qui du haut de ses 30 piges, fait quasi office de papy, ses dix équipiers ont tous moins de 26 ans avec des Ubaliza, Garcia Dominguez et Luchtens qui n’affichent que 21 ou 22 printemps et même Houzé qui n’a même pas encore franchi la barre des 20. «Je vous le dis: c’est jeune. Pour leur premier match à la maison, ils ont peut-être voulu trop bien faire. Et parfois, c’est le meilleur moyen de mal faire! Je suis sûr que ce sera différent ce samedi. J’ai en tout cas fait en sorte que la pression redescende d’un cran en semaine à l’entraînement. J’ai senti les garçons plus relax. J’ai fait attention qu’ils rigolent tout en bossant bien.»

2. La communication Et c’est aussi sûrement cette jeunesse qui amène le deuxième constat relevé par Quentin Pottiez: «On ne se parle pas assez», disiait-il la semaine dernière. La remarque du médian était relayée par son coach qui, dans cette optique, avait fait monter à l’heure de jeu l’expérimenté Jimmy Hempte en défense centrale à la place du jeune Denis Luchtens. Il est fort à parier qu’une fois en pleine possession de ses moyens, l’ex-Tournaisien sera rapidement titularisé par Hilaerts. Mais ce ne sera pas pour ce week-end: «Il doit en effet marquer quelques jours de repos à la suite d’une petite contracture. On ne veut pas prendre le risque que ça s’aggrave. On n’est qu’au début de la saison qui sera longue; on aura besoin de lui pour la suite.» Mais s’il avait été fit, le coach aurait-il titularisé son dernier renfort? «Oui, c’est une possibilité parmi d’autres.» On n’en saura pas beaucoup plus…

3. Les erreurs Le manque de dialogue s’est surtout fait ressentir derrière où l’on a eu plus l’impression que Couvin s’est créé des possibilités suite à des erreurs de placement des Acrenois plutôt qu’à de vraies actions construites. L’arrière-garde hennuyère a été prise à défaut plusieurs fois sur de longs ballons mal négociés. «C’est vrai et dans cette optique, on a repris la tactique de la ligne défensive cette semaine en espérant que l’on ne se fasse plus prendre sur de longs ballons dans le dos. On verra demain si mes joueurs ont retenu la leçon.»

4. Le jeu Du match face à Couvin, le jeune Jérémy Houzé avait pointé le manque de solutions offensives à l’approche des seize mètres adverses. «En l’absence d’un solide point d’ancrage devant comme Sakanoko (NDRL: qui est de retour dans le groupe pour le déplacement à Givry), on se doit de mettre bien plus de rythme. Contre Couvin, il n’y avait ni vitesse ni rapidité d’exécution. Mais c’était aussi dû à l’adversaire qui cadenassait bien.»

5. Le caractère Avec le nul arraché dans les arrêts de jeu, la REAL a montré qu’elle avait du caractère, soit un élément indispensable à la réussite d’une saison: «C’est en effet très important de disposer d’une telle mentalité, confie encore Steven Hilaerts. J’ai des gars sur qui je peux compter car ils font les choses à fond. Ils jouent à 100% jusqu’à la dernière minute. Et je ne pense pas qu’ils lâcheront, un jour, le morceau si facilement. De toute manière, si ça doit arriver, je pourrai compter sur Quentin Pottiez, Bassalia Sakanoko et Jimmy Hempte pour remettre tout le monde dans le droit chemin. De par leur expérience, ces trois-là sont des leaders naturels du vestiaire.»

 

Sakanoko comme joker de luxe

Si c’est nécessaire, Hilaerts pourra lancer Saka pour épauler Houzé.
Si c’est nécessaire, Hilaerts pourra lancer Saka pour épauler Houzé.-ÉdA – Jean-Luc Boitte – 301316892587

La semaine qui vient de s’écouler a été marquée par la confirmation de la plainte déposée par Couvin qui se sent lésé sur la phase qui, à 0-1, a amené l’exclusion de son gardien.

Pas de quoi inquiéter outre mesure Steven Hilaerts: «Ça ne m’empêchera pas de dormir. Je suis d’accord avec Couvin: la décision de l’arbitre est discutable mais elle l’est dans les deux sens. L’adversaire se plaint de l’exclusion de son keeper qui aura eu un impact direct sur l’évolution du score mais de notre côté, si l’arbitre valide le but sur cette phase, il nous reste sept minutes pour tenter d’arracher la victoire.»

Passons à l’adversaire du week-end: Givry! «On l’a scouté et ce ne sera pas facile car c’est un nouvel adversaire expérimenté. Il s’agit en fait d’un groupe qui joue ensemble depuis plusieurs saisons. Au niveau des automatismes, c’est très bon; ça se ressent surtout derrière: c’est une équipe qui sait garder le zéro; on l’a vu le week-end dernier avec le 0-0 ramené de Ciney.»

Pour prendre à défaut l’arrière-garde luxembourgeoise, Steven pourra compter sur son avant de pointe, Sakanoko: «Il est bien de retour dans le groupe car il s’est entraîné quasi normalement pendant la semaine. Même s’il a encore grandement besoin de travailler car il accuse un retard physique, Saka reste Saka!» Pour commencer ou du moins monter au jeu en cours de match? «C’est possible», se contente de répondre le coach.

Commentaires

août
août
août
août
août