Royale Union Sportive GIVRY : site officiel du club de foot de Flamierge - footeo

Actu Promotion : Solieres , Meux et Couvin

26 avril 2016 - 11:58

Caserini : « Jouer comme des crevards »

Solières devra s’arracher face à Richelle dimanche pour rester dans le Top 3. Pour le titre, ça parait compliqué.
Solières devra s’arracher face à Richelle dimanche pour rester dans le Top 3. Pour le titre, ça parait compliqué.-Masson

Solières n’est pas encore rassasié et conserve la même motivation même si le titre semble désormais impossible à obtenir.

À une journée de la fin, ils sont donc trois en tête du classement de la promotion D avec un total de 56 points. D’abord Meux qui possède deux victoires de plus et qui doit se rendre chez son voisin namurois Loyers qui est déjà descendant. Givry a, lui, le même nombre de victoires que Solières mais possède une meilleure différence de buts (+25) pour (+24) à Solières. Les Luxembourgeois recevront Lensois et Solières accueillera lui Richelle.

Les hommes de Caserini possèdent donc le calendrier le plus difficile car Richelle ne leur a pas beaucoup réussi cette saison avec une élimination en coupe de Belgique et un 2-2 au match aller.

Philippe Caserini analyse les chances de son équipe: «Pour être champion, je dirai qu’on a une chance sur dix. Pour terminer dans les trois premiers et monter, j’avais dit à mes joueurs avant le match contre Lensois que nousavions une chance sur quatre de terminer dans le Top 3. Nous en sommes donc maintenant à une chance sur deux. Pour vaincre Richelle, la clé du succès passera par le fait que mes joueurs doivent encore avoir faim de victoires et je crois que c’est le cas. On devra jouer comme des crevards!»

«Bajraktari pense qu’il n’y a que lui qui sait jouer au foot»

Bien sûr que Solières préférerait terminer sur la plus haute marche du podium et son T1 comprend que certains joueurs auront peut-être un petit goût amer dimanche. Mais sans vouloir se retrancher derrière des tas d’excuses, Philippe Caserini fait remarquer du bout des lèvres qu’il n’a pas été non plus épargné par les blessures tout en ajoutant: «Il ne faut pas croire que, parce qu’on est dans le haut du panier, tout tourne rond. Je n’en veux que pour exemple les faits de la semaine dernière. Bamona n’a pas joué dimanche car il a préféré se rendre chez son oncle jeudi dernier. Bajraktari pense qu’il n’y a que lui qui sait jouer au foot et que les entraîneurs sont des faux-culs. Avec un tel esprit, il n’aura aucune chance en nationale. Maintenant, à côté de cela, il existe plein de points positifs et mon groupe veut encore bouffer du foot.»

De là à bouffer Richelle quand même pas! Une simple victoire pourrait faire le bonheur du tout Solières!

« Nous ne sommes pas en core champions »

Alexandre Eloy et Meux avaient les mines déconfites après Tamines. Deux semaines plus tard, c’est une autre histoire.
Alexandre Eloy et Meux avaient les mines déconfites après Tamines. Deux semaines plus tard, c’est une autre histoire.-ÉdA – Christophe Béka

Meux est en train d’écrire une nouvelle page de son histoire. Rien n’est joué face à Loyers mais le sacre et la fête trottent dans toutes les têtes.

C’est sûr, personne à Meux ne s’attendait à un tel revirement au classement. Tout le monde pensait d’abord au derby entre l’UR Namur et Couvin-Mariembourg comme «dernière» chance de titre tout en réalisant deux bons résultats face à Arlon et Loyers. Premier à une journée de la fin, c’est le meilleur scénario possible. Et si, au final, c’était Bertrix, et non les «Merles», qui jouait un mauvais tour aux Fagnards? «En fait, quand on analyse les deux équipes, on se rend compte que Couvin-Mariembourg et Bertrix possèdent le même style de jeu à savoir: un excellent bloc et un bon collectif très physique, explique Alexandre Eloy, qui n’a jamais connu que la deuxième place avec Walhain du temps de la promotion. C’est vrai, personne ne s’attendait à ce que Bertrix s’impose. Mais à l’autopsie, ce n’est pas une grande surprise. Bertrix a réalisé le coup parfait en inscrivant le premier but. Nous en avons d’ailleurs fait les frais à Tamines (défaite 2-1). C’est donc la preuve qu’il ne faut prendre aucune équipe à la légère, même la lanterne rouge, Loyers.»

«Ne brûlons pas les étapes»

Les Meutois possèdent donc toutes les cartes pour être sacrés dimanche prochain à Loyers. Personne n’aura besoin de connaître le résultat des concurrents (Givry, Solières et Couvin-Mariembourg) si les «Verts» remportent le derby. «Psychologiquement, nous avons passé un cap, lance Marco Casto. Je pense que les garçons ont compris la leçon face à Tamines. Ils ne commettront pas deux fois la même erreur. Si nous voulons vivre quelque chose d’historique, à nous de réaliser le dernier effort à Loyers. Mais je le dis et le répète, nous ne sommes pas encore champions.»

Ce derby sera aussi très particulier pour Thibaut Otte qui affrontera son frère, Olivier Otte. «Il m’a envoyé un message après la rencontre pour me féliciter d’avoir repris la tête du championnat. On va sans doute se charrier durant la semaine. Je lui enverrai un petit SMS pour que Loyers nous laisse gagner (rires). Mais je sais que sur le terrain, ils ne nous feront pas de cadeau! La fête sera donc encore plus belle. J’ai d’ailleurs pris congé lundi et je compte bien fermer la buvette (rires). J’ai d’ailleurs demandé à ma famille et belle-famille de s’occuper de notre petit garçon car ma compagne sera également de la partie et il ne tiendra pas le rythme (rires)! Et puis, un titre dans une vie, ça ne se fête pas tous les jours…»

La fête jusqu’au bout de la nuit

Par contre, si Thibaut Otte compte faire la fête jusqu’aux petites heures, Alexandre Eloy profitera juste du moment, sans exagérer. «Ça ne m’étonne pas de lui (rires). Il va encore chanter et danser toute la nuit! Pour ma part, je ne bois pas d’alcool et je suis assez timide dans la vie. Certains du groupe essaieront de me proposer de boire de la bière mais je refuserai (rires). Ils en ont déjà parlé dimanche dans le vestiaire après le match.»

C’est sûr, même s’il reste une dernière bataille à disputer, tous les Meutois essayent de s’arranger avec leurs patrons pour prendre congé lundi prochain. Tout est donc en train de se mettre en place. Il ne manque plus que trois derniers points pour clôturer une saison riche en émotions avant de partir à l’aventure de la D2 amateurs.

Couvin, du paradis à l’enfer

Luca Lenoir, ici devancé par Robin Bellanger et les Fagnards ont pris un solide coup sur la tête.
Luca Lenoir, ici devancé par Robin Bellanger et les Fagnards ont pris un solide coup sur la tête.-ÉdA

Le ciel leur est-il tombé sur la tête? Leurs mines étaient plus que déconfites dimanche au soir de leur revers (0-1) contre les Baudets de Bertrix.

Premiers avant les rencontres dominicales, les Fagnards sont désormais quatrièmes. Ils n’ont plus les cartes en main. En plus de s’imposer chez les Merles de l’UR Namur, ils doivent compter sur un revers de Meux, Givry ou Solières dimanche prochain.

Plus que la perte de la tête du classement, les Namurois, privés de leur capitaine Bousad Houche, blessé, et de Stefano Descontus, suspendu, avaient perdu leur envie et leur collectif.

«Quand on est à deux fois nonante minutes du titre, on se doit de donner beaucoup plus que ce que nous avons donné contre Bertrix, reconnaissait le mentor fagnard Fabrice Silvagni. Le collectif n’a pas tout donné.»

Paradoxal dans la mesure où le collectif est à la base du formidable parcours fagnard. «Il n’y avait pas de stress à avoir. Le stress est présent quand on joue pour le maintien et que l’on doit absolument gagner les matches.»

Menés, les Coalisés ne se sont pas révoltés. Amorphes, lymphatiques, ils n’ont que trop rarement inquiété le dernier rempart luxembourgeois.

«Habituellement, nous concrétisons nos quelques occasions. Cela n’a pas été le cas, au contraire de Bertrix, qui a exploité sa seule possibilité.»

Et quand l’osmose est absente du groupe, rien ni personne ne peut inverser la tendance, pas même les changements. «À partir du moment où le collectif est absent, il est rare qu’un joueur puisse faire la différence à lui tout seul».

S’ils ont pris un très sérieux coup au moral (plus gros encore que lors de la prise de pouvoir de Meux), les Fagnards sont bien décidés à jouer le coup jusqu’au bout, histoire de ne pas gâcher leur formidable campagne.

Commentaires

ACFF LABEL JEUNES

label 2.png

MATCHS DU W-E

D3 ACFF B - J14

25/11 20:00   Aische -   Namur    
 
25/11 20:00   Longlier -   Givry    
 
26/11 14:30   Tilleur -   Stockay    
 
26/11 14:30   Mormont -   Richelle    
 
26/11 14:30   Herstal -   Aywaille    
 
26/11 15:00   Verlaine -   Habay-la-neuve    
 
26/11 15:00   Visé -   Bertrix    
 
26/11 15:00   Cointe -   Huy    

 

3 PROV D - J14

26/11 14:30   Neufchateau -   Leglise    
 
25/11 20:00   Ste Ode -   Vaux-Sur-Sure    
 
26/11 14:30   Givry B -   Bras    
 
26/11 14:30   Bourcy -   Witry    
 
26/11 14:30   Ste-Marie W
-   Assenois    
 
26/11 14:30   Cobreville -   St Pierre    
 
26/11 14:30   Namoussart -   Champlon B