Avant Meux - Givry

2 avril 2016 - 16:36

Gourmet décore Remy, Feltesse et Hinck

Difficile d’avoir une photo de plein jeu de Maxime Gourmet cette saison: il n’a joué qu’une minute en championnat.
Difficile d’avoir une photo de plein jeu de Maxime Gourmet cette saison: il n’a joué qu’une minute en championnat.-ÉdA – 203896755985

Meux - Givry : Samedi - 20 h

Le défenseur givrytois Maxime Gourmet entrevoit le bout du tunnel, après dix mois de galère. Enfin!

Maxime Gourmet, vous êtes monté au jeu à la 89’ lundi, contre Bertrix. Vous avez eu le temps de toucher le ballon?

Oui, deux fois! Et ça fait un bien fou. Je vous rappelle que je n’avais plus joué une seule minute en compétition depuis le dernier match de championnat de la saison dernière. C’était contre Meux, justement. J’avais déjà très peu joué au deuxième tour l’an passé. En un an et demi, j’ai joué trois matches et une minute. Fichue pubalgie!

Vous avez fini pas trouver le bon remède?

Pour soigner une pubalgie, il n’y en a qu’un: la patience. Bon, les soins m’ont bien aidé, évidemment, mais il n’y a malheureusement pas de solution miracle. Une pubalgie ne se guérit pas en un coup de baguette magique.

Vous avez combien de kilos à évacuer?

Deux, pas plus. Je suis professeur d’éducation physique, donc j’ai continué à m’entretenir. Bon, après, il est évident que je manque de rythme. Ne me demandez pas de tenir 90 minutes sans tirer la langue.

Vous avez suivi la plupart des matches, en spectateur. Quels sont vos trois coéquipiers qui vous ont le plus séduit, cette saison?

Dylan Remy, Jordan Feltesse et Jérôme Hinck. Dylan, son volume de jeu devient impressionnant. Jordan, lui, a prouvé qu’il pouvait jouer à tous les postes, en défense, avec sérénité déconcertante. Quant à Jérôme, il reste le maestro. Quand vous lui confiez le ballon, vous savez qu’il ne le perdra pas. J’aurais également pu citer Nicolas Grandjean, un modèle de régularité.

Des déceptions?

Déception, c’est un grand mot. Mais je suis convaincu qu’Antoine Résibois et Justin Hébette peuvent faire mieux, s’ils se font davantage violence. Ils sont bourrés de talent, ça saute aux yeux à l’entraînement, mais ils n’exploitent pas tout leur potentiel.

Givry champion, vous y croyez?

Si on gagne à Meux, pourquoi pas? Mais je pense tout de même que Meux et Couvin sont un cran au-dessus de nous. Ces deux équipes ont plus de bouteille que Givry.

Vous n’avez cependant perdu contre aucune de ces deux formations…

Effectivement, mais un titre se gagne d’abord contre les petites équipes. La première qualité d’un champion, c’est la régularité.

 

Eloy : « C’est devenu normal »

Le Meutois Alexandre Eloy a porté une saison les couleurs des Canaris de Givry. Pourtant, ce duel de la plus haute importante ne relève pas d’un caractère spécial à ses yeux.

«Parce que je n’ai plus beaucoup d’accroches là-bas mais c’est toujours plus agréable de jouer contre des équipes qu’on connaît.» La mentalité luxembourgoise, il connaît aussi, le back ultra-régulier cette saison. «Quand j’y étais, on essayait de jouer technique, au sol, mais cela ne fonctionnait pas souvent. J’ai l’impression qu’ils ont retrouvé leur style assez rentre-dedans (sic), physique, mais ils gardent quelques éléments capables de faire la différence. Heureusement pour nous, Hinck est suspendu, c’est lui qui fait tout tourner. Sur les terrains délicats, nous procédons aussi par longs ballons et de manière pas très académique depuis quelques semaines mais cela s’avère efficace.»

Défait à l’aller, Meux dégagera un petit sentiment de revanche, «surtout à domicile où on n’a plus perdu depuis le 3/10, pointe Eloy. Je ne m’attendais pas à ce que Meux et Givry luttent pratiquement pour le titre surtout quand j’observe les noyaux de Waremme, Solières voire de Cointe. Mais après une dizaine de matchs et vu la régularité affichée, c’est devenu normal de nous voir si haut. On ne peut plus se cacher pour le top 3. Le titre? On en parle, sans aucune obsession».

 

 

Un nouvel examen sportif pour Palate et les Meutois face à Givry

Antoine Palate et les Meutois espèrent prendre leur revanche sur Givry. Un match capital pour le top 3 et la montée en D2 amateur. Mais à domicile, les «Verts» ont déjà réussi à déplacer des montagnes.
Antoine Palate et les Meutois espèrent prendre leur revanche sur Givry. Un match capital pour le top 3 et la montée en D2 amateur. Mais à domicile, les «Verts» ont déjà réussi à déplacer des montagnes.-ÉdA – Frédéric de Laminne

C’est un nouveau match capital pour les Meutois. À domicile, les «Verts» comptent prendre leur revanche et creuser l’écart sur Givry.

Meux – Givry (s. 20 h)

Arbitre: Boeur

MEUX: Lahaye, Otte, Boreux, Eloy, Renson, Garriz-Constant, Palate, Joannes, Van Hyfte, Mwemwe, Smal, Kinif, Gillet, Macalli, Thibou, Hachez. Absent: Van Der Veken (malade).

GIVRY: Bodet, Feltesse, Wautelet, Billion, Toussaint, Stouvenaker, Mwanga, Grandjean (?), Remy, Leva, Hébette, Roberty, De Bona, Résibois, Lherbier, Gourmet, Hatert. Suspendu: Hinck.

En un mois, les Meutois viennent d’enchaîner l’UR Namur (2-1), Solières (2-3), Couvin-Mariembourg (2-2), Aywaille (3-1). Trois concurrents directs sur quatre avec un bilan de 10 sur 12 avant d’affronter Givry ce samedi soir. Un adversaire qui comptabilise aussi 47 points et qui a réussi à rectifier le tir après un début de saison pour le moins compliqué. Un peu à l’image de Meux.

Une revanche à prendre

Et pour tenter de creuser l’écart au classement, Marco Casto pourra compter sur un noyau au grand complet, toujours épargné par les blessures et aussi les méformes. Le milieu de terrain sera un atout de poids dans ce duel. «Nous sommes assez sereins, lance Antoine Palate. L’objectif n’est pas le titre mais le Top 3. Nous avons également une revanche à prendre sur le match aller (défaite 3-1). Nous comptons sur notre réputation à domicile pour inverser la tendance», sourit le milieu de terrain.

Le blocus pour souffler un coup

En plein préblocus de Pâques, Antoine Palate, en troisième année de kiné à l’UCL, sera en pleine forme samedi soir. «C’est sûr, il faut bosser. Je compte cinq ou six heures par jour histoire d’avancer dans la matière et de me remettre en ordre. Par contre, il ne faut surtout pas commencer à réaliser des nuits blanches! C’est justement le moment pour décompresser tout en restant sérieux avant la dernière ligne droite et les examens de juin. Le soir, je prends un bon repas, ce que je ne fais pas toujours en kot à Louvain-la-Neuve (rires). J’en profite pour voir aussi des amis le soir. C’est sûr aussi qu’en préblocus, j’ai le temps de me préparer avant de rejoindre le groupe pour m’entraîner. C’est un rythme moins effréné avec les trajets. On prend plus son temps.»

Antoine Palate, mais aussi d’autres étudiants comme Gauthier Smal seront frais et disponibles ce soir. Histoire de se mettre définitivement sur la route de la D2 amateur?

 

Commentaires

août
août
août
août
août